jerome1978 1 décembre 2019 Non classé no responses

Les logements locatifs les plus rentables de la ville de Malaga se trouvent à Bailén-Miraflores et à Puerto de la Torre

Les investisseurs réalisent un bénéfice de 7,8% dans les ambassades des taudis

Souhaitez-vous séjourner à l’est de Malaga? Il faut 12 années de revenu brut par ménage

L’achat d’une maison dans le but de la louer est très rentable à Malaga.

En fait, les investisseurs sont ceux qui ont tiré une bonne partie de la voiture de l’augmentation des ventes de biens immobiliers ces dernières années. Selon les données UrbanData Analytics, collectées et analysées grâce à des programmes informatiques spécifiques en intelligence artificielle, la rentabilité brute de la maison locative par rapport au prix d’achat est de 6% dans le capital de Malaga, un pourcentage signé par tout investisseur Gardez à l’esprit que les obligations espagnoles ou les taux d’intérêt sont sur le sol. Dans la capitale, Bailén-Miraflores et Puerto de la Torre sont les quartiers les plus rentables pour louer une maison.
Cela ne veut évidemment pas dire que ce sont les quartiers les plus chers.

Hausse du loyer à Malaga

Louer un appartement dans le Centre ou dans l’Est coûte plus cher et laisse plus de revenus au propriétaire, mais pour analyser cette rentabilité, il est important de comparer le coût de la maison et celui du loyer. Cette étude, réalisée en conjonction avec des données provenant d’institutions publiques et privées, montre que la rentabilité brute de la location locative à Bailén-Miraflores et à Puerto de la Torre était de 7,8% au troisième trimestre de 2019, soit 1,8 point de plus que La moyenne Malaga.

La location de maisons est rentable dans toute la capitale, même si le deuxième quartier le plus intéressant est Ciudad Jardín, avec une rentabilité de 7,6%. Dans les rues Carretera de Cádiz et Cruz de Humilladero, ce pourcentage est de 6,6%. Logiquement, les zones les moins rentables sont celles où les sols sont plus chers: Est (5,1%), Centre historique (4,6%) et Ensanche-Centre (3,8%).

Rentabilité en hausse constanet sur Malaga

Le prix d’achat continue d’augmenter, mais la demande commence à ne plus être en mesure de payer ce qui est réclamé et les activités ralentissent. Le prix pourrait donc baisser dans les mois à venir mais, pour le moment, il a grimpé en flèche de 12% dans le secteur Ensanche-Centro, de 10,4% dans le centre historique, 9, 5% à l’Est, 6,9% à Bailén-Miraflores et Puerto de la Torre, 5,8% à Ciudad Jardín, 3,9% à Carretera de Cádiz, 1,9% à El Perchel et Trinidad, 1% à Churriana et est restée stable à Cruz de Humilladero. Au pôle opposé, le prix des logements dans la région de San Felipe Neri-La Merced a diminué de 1,3% et dans celui de Victoria-Conde Ureña de 4,6%.

Parler de pourcentages d’augmentation ou de diminution des prix permet d’analyser le comportement du marché par rapport aux périodes passées, mais cela peut être quelque peu déroutant. Ce qui ne laisse pas de doute, c’est le prix au mètre carré qui, dans la capitale de Malaga, s’élevait à 1 890 euros à la fin du mois de septembre, c’est-à-dire qu’une maison de 100 mètres carrés coûte en moyenne 189 000 euros.

Prix au metres carré quartier par quartier à Malaga

Ces prix varient en fonction du quartier. Dans la zone Est, ils atteignent 2 518 euros par mètre carré, contre 1 449 euros à Bailén-Miraflores et à Puerto de la Torre. Ainsi, pour acquérir une maison moyenne de 100 mètres dans la zone Est, il faut débourser 251 800 euros et 144 900 euros à Bailén-Miraflores et à Puerto de la Torre. Ils sont séparés de plus de 100 000 euros et, bien que les loyers soient plus chers à l’est, la rentabilité pour l’investisseur est plus élevée dans les autres quartiers, du moins à court et à moyen terme. Une autre chose est de posséder et de louer un logement hérité. Dans ce cas, l’avantage est plus important dans les zones où le pouvoir d’achat est plus important dans la ville, bien qu’ils aient également tendance à supporter davantage de dépenses fiscales et d’entretien.

Les meilleures rentabilités

Ce rapport présente un fait curieux: l’effort d’achat, en tant que tel, comprend les années de revenu brut du ménage nécessaires pour acheter une maison. Ce type de statistiques implique le nombre d’années de paiement d’une maison si tout l’argent disponible dans une maison était dédié, c’est-à-dire sans avoir à acheter de la nourriture, des vêtements, etc. L’effort d’achat le plus important se situe à l’est, avec 12,7 ans, contre 11,6 ans pour Ensanche-Centro, 9,8 ans pour le centre historique et 8,1 ans pour Churriana. La moyenne dans la capitale est de 7,7 ans, mais elle est moins élevée à Ciudad Jardín (4,9), Bailén-Miraflores et Puerto de la Torre (5,2), Carretera de Cádiz (5,8), Cruz de Humilladero. (5.8), Perchel-La Trinidad (6.4) et San Felipe Neri-La Merced (7.6).

N’hésitez pas si vous avez besoin d’informations complémentaires